Une alimentation malsaine dans de nombreuses garderies

L’alimentation saine dans les crèches n’en est qu’à ses débuts. Une alimentation pauvre en sucre et en graisses, avec des produits complets, des fruits et des légumes frais, serait une bonne chose.

Les garderies offrent aux enfants un régime alimentaire extrêmement malsain

De nombreux parents dépendent de la garde de leurs enfants dans une crèche. Les deux parents travaillent et la famille ne peut pas se permettre que l’un d’entre eux reste à la maison pour s’occuper des enfants.

Bien sûr, vous voulez la meilleure garderie possible pour vos enfants et donc les meilleurs soins possibles, ce qui inclut également une alimentation saine. Les parents qui mangent sainement eux-mêmes se sentent extrêmement mal à l’aise lorsque leurs enfants doivent manger les aliments les plus malsains que le marché alimentaire ait à offrir.

L’alimentation malsaine dans les crèches ne fait pas exception à la règle

Malheureusement, les crèches proposant des menus malsains ne sont pas des exceptions. Non, ils sont plus courants que ce que l’on aurait pu craindre. Nous avons déjà fait état ici de deux études qui ont montré que le régime alimentaire de la plupart des crèches est composé de trop de graisses, de trop de sucre et de trop de viande (notamment de produits carnés transformés tels que les saucisses et les boulettes de viande).

En même temps, l’alimentation de la crèche contient beaucoup trop peu de fruits et légumes, trop peu de produits complets et trop peu de salade. Ce dernier n’est disponible que sous forme de saucisse ou de salade de pâtes. Les légumes à feuilles vertes, les carottes et les betteraves, les tomates fraîches, les radis, le maïs doux, etc. sont quasiment introuvables.

Si un enfant est habitué à une alimentation saine à la maison, la crèche, qui sert de modèle pendant au moins la moitié de la journée, fait du bon travail et fait en sorte que l’enfant ait bientôt envie de muffins, de beignets et de gaufres à la cannelle et au sucre à la maison.

Les enfants aiment ce à quoi ils sont habitués

Lorsque les parents demandent maintenant un régime plus sain ou au moins un régime sans sucre, ces demandes ne sont presque jamais satisfaites. Après tout, ils dépendent de ce que le traiteur fournit. Un autre argument est que les enfants n’aimeraient pas une nourriture saine.

La plupart du temps, cependant, c’est l’inverse : les enfants mangent ce qu’ils ont l’habitude de manger à la maison et ce que les adultes de confiance mangent.

Certificat médical pour l’alimentation d’un enfant sans sucre ni lait

C’est encore pire si l’enfant ne tolère pas certains aliments, par exemple les produits laitiers, ou s’il souffre d’une allergie. Une simple demande aux éducateurs ne suffit pas dans toutes les crèches, comme on aurait pu s’y attendre. Non, l’enfant reçoit des produits laitiers qu’ils provoquent ou non un malaise à long terme, jusqu’à ce que les parents fournissent un certificat médical.

Aujourd’hui, cependant, il se peut que les parents aient “simplement” observé que leur enfant se porte beaucoup mieux sans produits laitiers. Ils attrapent beaucoup moins souvent des rhumes, ne contractent pratiquement aucune infection, n’ont plus d’infections de l’oreille moyenne et les polypes nasaux ne sont plus visibles.

Le médecin n’associe cependant pas cette amélioration à l’abstinence de lait et ne délivre donc pas de certificat. L’enfant doit donc manger des produits laitiers à la crèche, dont l’expérience a montré qu’ils le rendaient malade.

Nourriture saine de la maison à la crèche

Bien sûr, dans ce cas, il faut retirer l’enfant de la garderie, car aucune mère ni aucun père ne veut voir son enfant souffrir. Mais où trouver un lieu alternatif dans l’urgence ? Les autres garderies ne sont pas nécessairement mieux organisées et la gestion n’est pas très différente.

Ici, il est important de ne pas abandonner et d’insister sur le souhait nutritionnel. Une mère nous a rapporté que sa fille avait continué à recevoir des produits laitiers malgré son avis selon lequel elle ne pouvait pas les tolérer. Lorsque la mère s’est ensuite adressée aux éducateurs et a expliqué que sa fille se plaignait de maux de ventre et de diarrhée parce qu’on lui avait à nouveau donné du lait à la crèche, on lui a répondu que ces plaintes avaient certainement des causes psychologiques.

La mère a alors complètement annulé la nourriture pour sa fille et lui a immédiatement donné la nourriture pour le déjeuner et le goûter. On lui a demandé à plusieurs reprises un certificat médical, mais au bout d’un certain temps, la direction du jardin d’enfants a accepté la nourriture qu’elle apportait avec elle.

La mère en question déclare : “Mon enfant ne tombe plus malade, à part un petit rhume une fois par an. C’était une bataille difficile à la crèche. Mais ça en valait la peine. Chacun a le droit d’annuler tout le repas et de donner à son enfant une nourriture bonne et saine.”

Menu dans les crèches : sucre et produits de consommation courante

Il y a quelque chose de sucré 13 jours sur 18. Il ne s’agit de fruits que pendant 2 de ces 13 jours. Les autres desserts sont principalement composés de sucre, de farine ou de pudding. Comme il ne s’agit même pas de desserts faits maison, c’est-à-dire qu’ils sont fournis par le traiteur en tant que produit fini, ils contiennent également des arômes, du sirop de sucre, des acidifiants et des gélifiants, des épaississants et bien d’autres additifs.

Comme aucune valeur n’est accordée à l’origine biologique des ingrédients, les produits laitiers utilisés proviennent de l’élevage industriel conventionnel. Un seul jour dans tout le mois, il y a des légumes avec de la sauce.

Tout le monde doit manger la même chose, sans exception

L’objectif est que tout le monde mange de la même façon et que les aliments apportés, comme les produits laitiers, ne finissent plus sur la table. Mais elles ne seraient guère pires que ce que propose la garderie.

Si l’on considère le budget par enfant et par jour de 50 centimes, il apparaît clairement que les raisons financières ne sont pas les moins responsables de la mauvaise qualité de l’alimentation. “La direction de la crèche ne voit pas d’issue à cette situation”, écrit une mère dont l’enfant y est inscrit.

“Ce n’est pas seulement la forte teneur en sucre et en blé qui est mauvaise, mais surtout le fait qu’il s’agit de produits de masse fabriqués industriellement. Ma demande de donner moi-même à mon enfant quelque chose pour le goûter a été rejetée. Tout le monde devrait manger la même chose sans exception. Une exception ne serait possible que sur présentation d’un certificat médical.”

Les parents sauvent leur enfant de la nourriture de la crèche

Quelle société étonnante ! Vous avez besoin d’un certificat médical pour être autorisé à donner à votre enfant une alimentation saine. Si l’enfant est (encore) en bonne santé, tout ce qui est possible peut, être fourré dans ce petit être.

Le médecin de cette mère a en fait rédigé une ordonnance pour que l’enfant soit nourri avec un régime sans sucre. “La réaction a été quelque peu dégrisante. On nous a dit qu’il n’y avait pas d’intolérance.” Les parents ne viennent donc plus chercher leur enfant qu’en dernier recours, avant le goûter, pour ne pas prendre de risque. S’ils ont quelque chose de sain pour changer, ils peuvent rester.

Déjeuner à la garderie : saucisse, viande ou friandises

Il existe un goulasch de saucisses avec des nouilles, des boulettes de viande frites avec une salade de pommes de terre, un goulasch de porc avec des boulettes, des œufs avec une sauce à la moutarde, etc. Pour le dessert, du pudding au chocolat ou de la compote de pommes (toujours à la tasse) seront servis.

Les 5 jours, il y a aussi un plat principal sucré pour le déjeuner, comme du porridge, des crêpes ou des galettes de pommes de terre, bien sûr toujours avec du sucre, plus un dessert tout aussi sucré.

Au moins, il y a aussi quelques légumes certains jours et une salade 7 jours de crèche sur 21, qui, cependant, ne se compose le plus souvent que de concombres, de haricots ou de betteraves cuites, il y a rarement des légumes à feuilles vertes ou d’autres crudités.

Comme la salade, à une exception près, est toujours servie avec des plats d’œufs, de poisson ou de viande, on peut imaginer la dose homéopathique dans laquelle les enfants la mangent.

Les enfants végétariens et végétaliens

Comme il y a deux plats à choisir chaque jour, vous pourriez penser que l’un est végétarien, l’autre avec de la viande ou du poisson. C’est en partie le cas, mais pas toujours. Pendant 5 des 21 jours de garderie, les végétariens sont gentiment oubliés car les deux repas contiennent de la viande.

La plupart des plats végétariens sont également des desserts. Vous avez donc le choix entre de la viande avec quelques légumes et un produit laitier ou un œuf sucré. Si l’enfant végétarien n’aime pas ces sucreries, il ne reçoit rien. Si l’enfant était végétalien, il n’aurait même pas le choix, car la nourriture végétalienne n’existe pas et si elle existe, c’est une coïncidence, par exemple pour les spaghettis à la sauce tomate.

En outre, chaque enfant de la garderie fête son anniversaire avec beaucoup de gâteau, de bonbons et de chocolat. Avec 15 enfants, cela ferait 15 fois par an. À la consommation habituelle de sucre et de farine blanche s’ajoute une portion supplémentaire de ces aliments qui font grossir et rendent malade, un à deux jours par mois.

Une alimentation malsaine dans la crèche malgré de fières contributions

Une mère nous a écrit : “Le régime était tout simplement effrayant : pratiquement aucun légume, des plats de viande plusieurs fois par semaine (notamment des saucisses, des pizzas au salami, du goulasch). Entre temps, les enfants ont reçu des oursons en gélatine.

Pour le brunch, il y avait du pain avec de la saucisse ou du fromage, s’il n’y avait pas de fromage, parfois du fromage fondu. Je pourrais comprendre la pauvreté de la nourriture si les contributions étaient aussi faibles. Cependant, pour une place vous payez la somme faramineuse de 188 euros par mois, repas compris !”

Petit-déjeuner : il y a déjà des plats cuisinés

Une autre mère rapporte depuis sa crèche : “En ce qui concerne l’approvisionnement en nourriture, nous sommes plus que frustrés. Dans cette crèche, le menu avec l’étiquetage des additifs est affiché chaque semaine. Outre le fait qu’ils aiment prendre des desserts (sucrés au sucre industriel, bien sûr) comme repas principal, la liste des additifs est longue.

À la maison, nous mangeons des aliments biologiques depuis le début, beaucoup de légumes, peu de viande, pas de sucre sauf le fructose des fruits frais. Ne boit que de l’eau (ou du thé en cas de maladie).

Et dans la garderie, il y a déjà du pain, des petits pains ou des toasts emballés du supermarché et de la saucisse et du fromage dégoûtants du paquet pour le petit-déjeuner. Le vendredi, il y a du “Nutella” sur le dessus, pour fêter le jour.

Dans l’après-midi, nous avons souvent du gâteau ou du pain pré-emballé. Pratiquement pas de fruits et légumes (si ce sont des légumes, alors pas de crudités). Dans les autres crèches de cette ville, les choses sont similaires, les écarts sont mineurs.

Nous avons maintenant inscrit notre fils dans une autre crèche à l’extérieur de la ville, car c’est la seule qui propose une alimentation saine et biologique de qualité. Nous acceptons volontiers le long trajet pour nous y rendre, mais nous ne comprenons pas comment on peut autoriser des offres nutritionnelles aussi contaminées….. Après tout, nous jetons les bases d’une alimentation saine dès les premières années !”

Comment supprimer naturellement les acouphènes ?
”Lunettes pour tous” : un vrai plus pour la vision des Français